AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

Cours du 8 février

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Messages : 10
Date de naissance : 02/09/1992
Age : 25
Emploi/loisirs : Lecture, Guitare...
Humeur : Plutôt bonne :)
MessageSujet: Cours du 8 février Dim 18 Mar - 21:34

Aux frontières de la littérature

Littérature et critique
Les rapports entre la littérature et la « nouvelle critique » d’inspiration structuraliste et formaliste sont extrêmement forts. La cpériode critique est très agitée et productive des les années 1960 (dans la revue Tel Quel) par exemple. Le texte littéraire est revu à travers une démarche critique, le texte est appelé à être perçu comme un système langagier, une structure autosuffisante et autonome, qui n’a pas besoin d’être étudié à partir de la vie de l’auteur : on étudie le texte pour lui-même. Cette démarche critique va de pair avec la création d’oeuvres. Le texte fonctionne comme une machine textuelle réglée de manière formelle : ce travail est très marquant.
Dans les années 1950, le Nouveau Roman remet tout en question (la question du narrateur, des personnages...) pour ne s’intéresser qu’à la structure même du texte : le roman es construit à partir d’une grille. La démarche est donc à la fois créatrice et critique. On pourrait trouver cette remise en question chez Baudelaire, que l’on prend comme point de départ de la modernité : ce poète a hérité d’E.POE (qu’il a traduit) cette exigence de la lucidité.

Littérature et philosophie

La philosophie s’intéresse à la littérature et particulièrement à la poésie à partir du XXème siècle, et réciproquement, le discours de la poésie peut rejoindre celui de la philosophie, elle peut poser certaines questions sur lesquelles la philosophie bute. Certaines philosophies répondent à une attente, viennent répondre à une certaine perplexité de la littérature en relançant certains débats.
BERGSON écrit à la fin du XIXème siècle, dominé par le rationnalisme et le scientisme : ce philosophe propose une orientation opposée à cette dominante, une sortie du rationnalisme. Il promeut l’intuition, l’imagination... Il y a des liens entre La Recherche du temps perdu de PROUST et la philosophie de BERGSON, notamment à propos de la recherche du moi social : sa philosophie rentre en raisonnance avec la volonté de beaucoup de sortir du positivisme et du rationnalisme.
KIERKEGAARD a marqué l’histoire littéraire par son pessimisme, il donne la représentation tragique d’une humanité, d’un Homme jeté dans le monde. On retrouvera dans la deuxième moitié du XXème siècle cette idée selon laquelle l’existence est absurde. Ce pessimisme trouve des solutions avec HEIDEGGER : pour lui, l’Homme est parmi le monde. Il est conscient du tragique de la condition humaine, mais formule la possibilité de s’extraire à ce sentiment absurde de l’existence.

Littérature et arts
Là aussi, la modernité se met en place à la fin du XIXème siècle. (cf. Salon de Baudelaire, de Zola). Les impressionistes seront d’abord relégués au « salon des refusés », n’étant pas acceptés dans les « vrais » salons. Par le travail de critique dans les journaux (qui permettent aux écrivains de gagner leur vie), les auteurs créent une passerelle entre littérature et arts.
A la fin du XIX et au début du XX, le symboisme a recherché une fusion des arts : Mallarmé a rêvé un Livre total, réalisant cette fusion. Cela est favorisé par les rencontres entre artistes pratiquant des arts différents. A cette même préiode, de nombreuses passerelles sont recherchées entre la littérature et la science, la poésie et la mystique...
Le surréalisme est un moment d’intense collaboration entre des artistes de divers domaines. Ses rencontres connaissent une internationalisation croissante (notamment grâce aux artistes exilés pendant les guerres) on assiste donc à la naissace de noyaux interdisciplinaires. Toutes ces rencontres sont extrêmement fécondes : la littérature est de moins en moins encline à être considérée comme un domaine propre et isolée, elle est mêlée à la musique, aux arts plastiques... Tout cela est fourmillant d’essais, de questions sur le devenir du résultat.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Cours du 8 février

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Lettres Modernes Nancy 2 :: LE COIN DES PREMIERES ANNEES. :: LES UE 101 & 201. :: — UE 201 : Histoire de la Littérature au XXème siècle. :: — Les cours.-